Servier conclut un accord de collaboration et de licence avec le ShangHai Institute of Materia Medica (SIMM)

Le Dr Jean-Philippe Seta, Président Opérationnel de Servier et le Dr DING Jian, Directeur du SIMM signent l'accord de licence. (Image SIMM)

Servier conclut un accord de collaboration et de licence avec le ShangHai Institute of Materia Medica (SIMM) pour le développement en Chine du lucitanib, une molécule antitumorale prometteuse aux effets antiangiogéniques.

SHANGHAI, RPC – 13 Septembre. : Servier, premier groupe pharmaceutique français indépendant, par un accord avec le ShangHai Institute of Materia Medica (SIMM) vient d’obtenir l’extension de ses droits d’exploitation et de commercialisation du lucitanib pour la République Populaire de Chine.
Lucitanib (DCIi) est un inhibiteur de kinase ciblant les récepteurs de type 1-2 des facteurs de croissance des fibroblastes (Fibroblast Growth Factor Receptor 1 -2, dit FGFR1), ainsi que les récepteurs 1-3 des facteurs de croissance endothéliaux (Vascular Endothelial Growth Factor Receptor-1-3 – dit VEGFR-1-3). Ce profile d’activité spécifique lui confère une activité sur les cellules tumorales ayant une activité dépendante des FGFR1-2 ainsi qu’une forte activité antiangiogénique.
En 2012 à la conférence de l’ESMOii, des résultats rendus publiques portant sur une cohorte de patientes souffrant d’un cancer du sein avaient propulsé le lucitanib sur la liste des innovations prometteuses en oncologie. En Septembre de cette même année, Servier avait acquis les droits pour le lucitanib pour le monde entier à l’exclusion du Japon et des Etats-Unis, ainsi que de la Chine qui fait aujourd’hui l’objet de cet accord.
La collaboration de Servier avec le SIMM pour le lucitianib a pour objectif d’obtenir en Chine des indications thérapeutiques qui seront obtenues par la mise en oeuvre d’un programme national de développement clinique. HAIHE Pharmaceuticals, une organisation de recherche clinique créée par le SIMM sera impliquée dans ces programmes.
De plus, le SIMM conduira parallèlement un programme sur les biomarqueurs et participera en Chine au plan de développement international de Servier pour le lucitanib. Selon les termes de l’accord, SIMM et Servier seront codétenteurs des autorisations de mise sur le marché pour la République Populaire de Chine.
Le Dr Jean-Philippe Seta, Président de Servier Monde a déclaré, “Lucitanib nous fait entrevoir un haut potentiel thérapeutique dans le domaine du cancer, et nous sommes fiers de travailler maintenant avec le SIMM pour apporter une telle innovation aux patients chinois. Le format de notre partenariat est unique puisqu’il couvre non seulement un plan de développement global et national, tant clinique que biologique avec les biomarqueurs, et qu’il comportera aussi un volet industriel et pharmaceutique.”
Le Pr Meiyu Geng, Directeur Associé du SIMM, a déclaré: “Avec son profil d’inhibiteur de kinases le lucitanib est un bon candidat désigné pour une approche de médicine dite « ciblée » ou « personnalisée », c’est pourquoi il est important d’inclure un volet de développement et de recherche sur les biomarqueurs à notre collaboration avec Servier.”
Le Dr Emmanuel Canet, Président de la Recherche et du Développement de Servier a rappelé que le SIMM et Servier ont un historique de 15 ans de collaboration en recherche académique et de découverte de molécules à potentiel thérapeutique, ajoutant : “ Servier est heureux de voir cette collaboration s’étendre maintenant au développement clinique et à la recherche sur les biomarqueurs. Des études chinoises importantes contribueront à la compréhension globale du potentiel thérapeutique du lucitanib et aideront à le positionner dans l’arsenal thérapeutique des oncologues.”

Pr Jian Ding, Membre de l’Académie Chinoise d’Ingénierie, Directeur du SIMM, et un des inventeurs du lucitanib en Chine, a conclu que les études cliniques du lucitanib en Chine vont suivre les règles méthodologiques les plus avancées, et que son succès en Chine sera très bénéfique aux patients chinois. Le Pr Jian Ding a ajouté : « ce projet est le premier candidat en développement clinique d’une longue collaboration avec Servier et nous attendons que nos projets de collaborations apportent des résultats décisifs. »

A propos des facteurs de croissance cellulaires

Chez l’humain, la famille des Fibroblast Growth Factors (dit FGF) rassemble 23 protéines. Il existe 4 récepteurs pour ces FGF: FGFR 1/2/3/4 (FGFR, R pour Receptors).
Les cellules tumorales de différents cancers expriment des récepteurs pour FGF : ainsi, FGFR1 est exprimé chez 10 à 20% des cancers du sein, et 5 to 10% des cancers bronchiques non-à petites cellules (NSCLC).
Ces récepteurs montrent une activité enzymatique de type tyrosine kinase; en conséquence un inhibiteur de kinase comme le lucitanib est un bon candidat pour une approche anti-tumorale ciblée chez des patients chez lesquels l’expression tumorale de récepteurs FGF peut être détectée.

A propos du SIMM

Le Shanghai Institute of Materia Medica (SIMM), est une branche actuelle de l’Académie des Sciences Chinoise. Son origine remonte à 1932, à la création d’un institut dépendant de l’Académie des Sciences à Pékin, et dont le libellé en latin était déjà Materia Medica.
Au fruit de plusieurs générations d’efforts, le SIMM est devenu un des centres de recherche interdisciplinaire majeur en Chine. Il a aujourd’hui une reconnaissance au niveau mondial tant dans les domaines de recherche fondamentales qu’appliquées.
Il est établi au coeur du parc de hautes technologies Zhang Jiang, dans le nouveau district de Pudong.
La mission du SIMM est d’apporter des solutions globales dans les démarches de recherche de nouvelles entités médicamenteuses et de leur développement. En combinant à la fois des efforts de recherche fondamentale et appliquée, et en intégrant par ailleurs la recherche chimique et biologique, les chercheurs du SIMM sont en mesure de mettre en place des études spécifiques pour approfondir les bases structurales de substances bioactives, de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques et de révéler leur mécanisme d’action. Le SIMM assure également la constitution des dossiers d’évaluation précliniques des candidats médicaments, et enfin prend en charge leur commercialisation et leur promotion. Dans toutes ces activités, le SIMM contribue au développement des capacités d’innovation de la Chine dans le domaine pharmaceutique.
Les principaux axes de recherche du SIMM concernent les principales maladies constituant un enjeu de santé publique en Chine, comme les cancers, les maladies cardiovasculaires, les maladies neurologiques et neurodégéneratives, les maladies métaboliques, les maladies auto-immunes et infectieuses.
Une autre mission du SIMM est d’appuyer la recherche et le development de la médecine traditionnelle Chinoise (Traditional Chinese Medicine , énoncée souvent avec son acronyme en anglais, TCM).
En Chine, SIMM se place aux premiers rangs pour ses activités de recherche de nouvelles entités et de leur développement ; plus de 70 médicaments ont été développés depuis sa création, et 10 figurent dans la Pharmacopée Chinoise.
Avec le soutien du Ministère des Sciences et des Technologies de Chine, de l’Académie de Médecine Chinoise et de la municipalité Shanghai, le SIMM poursuit actuellement l’évaluation et le développement de candidats médicaments.

Plus d’informations sont disponibles sur les sites suivants, en chinois: www.simm.cas.cn et en anglais : english.simm.cas.cn
Contacts: suoban@mail.shcnc.ac.cn

i DCI: Dénomination Commune Internationale
ii ESMO : European Society for Medical Oncology